Sougueur Bladi

Tiaret Violents affrontements et une nuit de pillage

Des violents affrontements ont éclaté vendredi soir, à 20h entre les manifestants et les forces antiémeutes dans plusieurs quartiers de la ville de Tiaret, à Sougueur et à Mahdia, où plusieurs infrastructures ont été saccagées. Au chef-lieu de wilaya avant la tombée de la nuit, les manifestants ont incendié deux bus à quelques mètres de l’université avant de saccager quelques blocs de ce lieu du savoir et de s’en prendre au nouveau Technicum Belhouari inauguré dernièrement par le ministre Benbouzid. Les salles, tout comme la bibliothèque et le bloc administratif, ont été complètement saccagés et incendiés par les jeunes en colère. Le quartier populaire Volani a été la seconde cible des protestataires qui ont brisé les vitres de la nouvelle banque, la poste et autres édifices publics, a–t-on constaté. Sur les lieux, les dégâts auraient été plus importants, n’était-ce l’intervention à temps des éléments de la brigade antiémeutes, qui a permis d’éviter le pire. Le mouvement de protestation s’est propagée à d’autres quartiers implantés sur la périphérie de la ville. Malgré l’intervention des policiers, plusieurs cas de pillage ont été enregistrés sur les mêmes lieux avec un bilan important de vols d’équipements informatiques, de tables, de chaises et autres. Le dépôt d’une structure privée a été totalement vidé. Durant la même nuit, notamment les grandes villes de Sougueur et de Mahdia n’ont pas été épargnées par les manifestants. Tout au long des principaux axes, des centaines de manifestants ont érigé des barricades à l’aide de pneus brûlés, de troncs d’arbres et d’autres objets hétéroclites. Lors de leur intervention, les forces antiémeutes, à l’aide de bombes lacrymogènes, ont tenté de disperser la foule mais en vain. A Sougueur, selon des sources locales, les sièges de l’APC, de la daïra et de la nouvelle infrastructure de Sonelgaz ont été saccagés. Quant au parc communal, à la bibliothèque, aux annexes bancaires et celle des impôts, ils ont connu le même sort, a indiqué le maire de la commune de Sougueur à L’Écho d’Oran. A propos des arrestations, on nous a informé que cinq personnes ont été arrêtées par les services de sécurité. A Mahdia, plusieurs infrastructures sont saccagées, selon une source bien informée, qui cite les sièges de la daïra, de l’APC, de la Sonelgaz, la poste et autres annexes. Il a également été enregistré des vols de voitures, relevant des secteurs étatiques, qui ont été par la suite incendiées, nous confirme un élu de la commune. A l’heure où nous mettons sous presse, la ville de Mahdia est toujours sous tension. Selon la même source, les éléments d’intervention n’arrivent pas à maîtriser la situation et les quartiers s’embrassent. A la place publique et devant le nouveau siège de la Sonelgaz, ce sont de jeunes manifestants, venus en force des quartiers populeux de la ville de Mahdia, qui ont mis le feu. Lors de notre virée aux UMC de l’hôpital de Tiaret, on a constaté une trentaine de policiers blessés légèrement. Deux sont dans une situation jugée critique. Quant au nombre de manifestants arrêtés, rien n’a été communiqué par les cellules de communication. Hamzaoui Benchohra Dixième année - Numéro 3206 - Dimanche 9 Janvier 2011 - www.echo-doran.com - Prix 10 DA


08/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres