Sougueur Bladi

TIARET Le calvaire de l'habitat précaire perdure - M. Zouaoui

TIARET
 Le calvaire de l'habitat précaire perdure

En dépit de l'existence d'un programme conséquent pour l'imbibition de l'habitat précaire, ainsi que celui portant sur la construction et l'attribution de logements sociaux, à travers l'ensemble de la wilaya de Tiaret, force est de remarquer que le calvaire d'une partie de la population perdure encore. En effet, plusieurs familles issues essentiellement de l'exode des années 1990 vivent toujours dans des baraques de fortune dépourvues de conditions de vie les plus élémentaires. Si, aujourd'hui, la nature a été généreuse à l'égard de cette wilaya, compte tenu de son statut de meilleure région céréalière, qui faisait dire d'elle "le grenier de l'Europe", les hommes, par contre, le sont beaucoup moins et n'ont rien offert à cette beauté légendaire comme intérêt et soin qu'elle mérite, pourtant, largement. De la cité Hattab de Frenda à celle des frères Kebbouche (Kosovo) de Sougueur ou au quartier Benounis-Rabah de Rahouia, en passant par les cités Teffah, Zaâroura et Oued- Tolba, dans la périphérie de Tiaret, pour ne citer que ces exemples, ce sont ces mêmes sensations qu'éprouvent perpétuellement des citoyens livrés à euxmêmes, face à une misère horripilante, vecteur incontournable de tous les fléaux sociaux. Dans ces cités où les ruelles sont vite transformées en véritable gadoue à la moindre goutte de pluie, car cabossées et mal bitumées, les fils électriques fusant de partout pour la raison que certains foyers dépourvus de cette énergie sont alimentés par les voisins, et les commodités hygiéniques sont lamentables, la vie est à son paroxysme de l'exaspération.


 M. Zouaoui 


18/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres