Sougueur Bladi

Les logements Aadl en souffrance Tiaret Par : R. SALEM

Les logements Aadl en souffrance Tiaret Par : R. SALEM

Posté par Artisans de l'ombre le 29 octobre 2010


Edition du Lundi 18 Avril 2005

L’Algérie profonde


La wilaya de Tiaret a abrité, la semaine dernière, une rencontre régionale d’évaluation sur le secteur de l’habitat. Animé par le ministre de l’Habitat, M. Mohamed Nedir Hamimid, ce rendez-vous a rassemblé tous les départements

concernés des wilayas de Tiaret, Tissemsilt, Laghouat, Saïda, Naâma et El-Bayedh. La question de l’habitat, qui a toujours semblé ne pas être anodine, a réveillé, au sein de la salle, bien des réflexions illustrées par des retards considérables quant au lancement de certains programmes aussi bien LSP, LSL ou habitat rural. Sur ce, M. Hamimid n’a pas trop mâché ses mots pour instruire ses cadres de mettre sur pied de véritables brigades pour un suivi meilleur. “Notre souci majeur est de nous atteler à des actions massives et immédiates afin de lever le défi et soulager au mieux le citoyen”, devait-il marteler avant de donner son aval quant au recrutement, au cas où le besoin se ferait sentir, d’un personnel technique.  Dans ce sillage, le ministre de l’Habitat a précisé que les walis ont une large prérogative de mobiliser les architectes et ingénieurs enrôlés par les APC. Une manière de domestiquer les collectivités locales afin d’accélérer les différents processus et satisfaire la population dans les délais.
Dès lors que le laxisme de certaines communes est avéré, selon le ministre, qui a noté que dans bien des cas, ces dernières n’ont pu réaliser 200 logements ruraux en l’espace de 5 années, il est temps de responsabiliser les P/APC, les chefs de daïra et les structures techniques afin de faire preuve d’efficacité et d’offensive. Cependant, M. Hamimid n’a pas manqué de lâcher en direction des responsables concernés qu’ils sont sous haute surveillance. Dans ce contexte, le directeur général de l’Opgi de Naâma a été vite placé dans le collimateur du ministre qui lui déclara d’emblée qu’il est passé tout à fait à côté de la chose. “Je vais devoir vous relever car vous n’avez aucune connaissance en matière de gestion et des règles administratives”, lui lança-t-il.  Mis à part ce dernier, M. Hamimid a félicité les dispositions des autres directeurs des Opgi qu’il a encouragés à persévérer dans le même timing. Dans ce sens, il a conclu en affichant tout son optimisme à pouvoir honorer le plan quinquennal en l’espace de deux années seulement et ce, avec la cadence actuelle de régularisation et livraison de 50 à 60 000 logements sociaux locatifs par année.
En marge de cette rencontre, M. Hamimid avait animé, durant quelques minutes, un point de presse au niveau de la villa d’hôtes où il a réitéré sa pleine conviction de gommer l’Aadl qui ne justifie en rien sa raison d’être, notamment à Tiaret, où le programme des 500 logements reste toujours en souffrance.  Concluant, M. Hamimid dira que seul le terrain pourra juger les capacités des uns et des autres, ce qui lui fait inscrire dans son agenda plusieurs rendez-vous d’inspection à travers les chantiers.

R. S.



15/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres