Sougueur Bladi

Biens publics saccagés et des personnes arrêtées

À l’instar de Tiaret, Sougueur, deuxième importante commune de la wilaya a connu, elle aussi, son lot de violence sur fond d’émeutes, vendredi soir. À Sougueur, les dégâts sont énormes. Les jeunes en colère ont tout cassé sur leur passage. Depuis le siège de la mairie, le tribunal, l’agence Sonelgaz, l’ex-ONACO, un établissement scolaire, tout a été dévasté. Même les trottoirs ont été arrachés en signe de protestation... Biens publics saccagés et des personnes arrêtées le 09.01.11 | 03h00 À l’instar de Tiaret, Sougueur, deuxième importante commune de la wilaya a connu, elle aussi, son lot de violence sur fond d’émeutes, vendredi soir. À Sougueur, les dégâts sont énormes. Les jeunes en colère ont tout cassé sur leur passage. Depuis le siège de la mairie, le tribunal, l’agence Sonelgaz, l’ex-ONACO, un établissement scolaire, tout a été dévasté. Même les trottoirs ont été arrachés en signe de protestation. À Mahdia, 50 km à l’Est de Tiaret, un groupe de manifestants avaient l’intention d’attaquer le siège et la résidence du chef de daïra et s’en sont pris aux sièges de Sonelgaz et d’Algérie poste alors qu’au Sud, plus précisément à Tousnina, la ville des eaux. Le chef-lieu de wilaya, qui a connu vendredi soir, jusqu’à une heure tardive, des actes de violences, a semblé calme hier matin et en début d’après-midi. Cela n’a pas empêché, la veille, des jeunes surexcités de s’en prendre à l’agence bancaire de Volani, et de s’attaquer à d’autres équipements publics (Institut de formation professionnelle) et privés (le représentant de Condor, spécialisé dans la vente d’appareils électroménagers. Certains ont tenté de s’introduire dans la cité universitaire Assia-Kébir. Sur les hauteurs de la ville, les policiers ont veillé toute la nuit à tenir en respect les jeunes des cités Lombard et Bouhenni Mohamed. Même si beaucoup de gens, «écœurés par la hausse des prix et l’inflation» disent être «contre ces actes de destruction», les gens restent partagés. Pour les élus, représentants de la société civile et syndicats, c’est toujours le silence radio. À la wilaya, une cellule technique suit les péripéties de la crise et, comme toujours, toutes les cellules de communications ne répondent pas. La direction d’Algérie Télécom fait état des dommages subis dans six bureaux de poste à Tiaret, Sougueur, Mahdia et Si Haouès mais ne fait état de vol d’argent. Après avoir prêté main forte aux policiers, notamment à la cité universitaire pour jeunes filles, les gendarmes ont ouvert la route, au niveau du carrefour d’Ain-Guesma, et beaucoup de personnes ont été arrêtées. Fawzi Amellal © El Watan


09/01/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres