Sougueur Bladi

1 598 occupations illicites Le directeur de l’Opgi de Tiaret révèle Par :R. Salem

1 598 occupations illicites Le directeur de l’Opgi de Tiaret révèle Par :R. Salem

Posté par Artisans de l'ombre le 15 octobre 2010


Edition du Mardi 27 Décembre 2005

L’Algérie profonde


 

Le non-paiement des loyers par plusieurs habitants et commerçants ne fait que grossir leurs créances qui s’élèvent déjà à 9 milliards de centimes que  l’Opgi compte récupérer en recourant à la justice.

Quelle perspective pour le volet de l’habitat à travers la wilaya de Tiaret ? Serait-ce une véritable panacée pour résoudre la crise du logement ? Autant d’interrogations que se posent les Tiaretis. Pour y répondre nous avons contacté le directeur général de l’Opgi. Ainsi, sur le chiffre avancé au 31 octobre dernier relatif aux 2 055 logements sociaux qui attendaient leur attribution, environ 200 ont déjà trouvé bénéficiaires à travers les communes de Rahouia, Aïn Kermes, Medrissa… et, tout récemment, Frenda, Sebaine et Aïn Dzarit. Le reste, situé à Tiaret, Sougueur et Hammadia…,  un ultimatum est notifié par le premier responsable de la wilaya pour la fin de l’année en cours. Au passage, force est de constater qu’au niveau du chef-lieu, ce registre était entaché de certaines forces de résistance, voire des anomalies, décelées par la commission d’enquête qui avait conclu par le rejet de pas moins de 12 700 dossiers sur les 18 788 formulés par les citoyens. Dès lors, des brigades ont été mises en place pour une étude approfondie, au cas par cas, afin de classer les 6 088 retenus par ordre de priorité tout en passant en revue les nouveaux dossiers qui sont au nombre de 1 180. Pour cette même commune de Tiaret, le directeur de l’Opgi compte néanmoins puiser dans le programme quinquennal en garantissant une livraison de 1 000 unités avant la fin de l’année 2006 et 200 autres courant 2007. S’agissant du programme quinquennal qui compte 3 000 logements sociaux locatifs, 2 000 sociaux participatifs et 8 500 logements ruraux, M. bkari compte l’honorer bien avant les délais requis. Selon ses déclarations, 40 chantiers, compris sur 28 sites et pris en charge par 86 entreprises enrôlant 1 200 ouvriers pour les débuts, ont déjà été entamés. Ces assiettes qui couvrent une superficie de 221 855 m2 sont estimées à une enveloppe globale de 3 milliards et 671 millions de dinars. De même, la réalisation de 428 logements sociaux participatifs est entamée par les chantiers propres à l’Opgi, alors que la construction de 529 autres est confiée à l’agence de wilaya et le reste aux différents promoteurs qui sont au nombre de 13. Pour les logements ruraux, on peut aisément prétendre que le programme est en parfaite harmonie puisque 5 200 unités, sur les 8 500 prévues, sont déjà en voie de réalisation.En dépit de certains résultats positifs, des contraintes subsistent et appellent à une définition nouvelle des tâches, des responsabilités et des objectifs. Il s’agit, comme s’accorde à l’expliquer M. Abkari, de la rétraction de certains locataires à honorer leur contrat avec l’Opgi. Nous citerons entre autres, 1 598 cas de non-payement de loyer d’appartements et 116  locaux commerciaux, totalisant ainsi une créance estimée à 9 milliards de centimes. Un dispositif de recouvrement a été installé et des recours à la justice ont été opérés.

R. SALEM



16/12/2010
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 46 autres membres